Les couples qui divorcent le moins

      Aucun commentaire sur Les couples qui divorcent le moins

maintien du coupleDans notre société actuelle, les chiffres du divorce sont assez alarmants, environ 3 couples sur 4 finissent par divorcer à un moment ou un autre de leur relation. Pour autant, on s’est aperçu que certains facteurs joueraient un rôle dans le maintien du couple. L’INSEE (institut national de la statistique et des études économiques) a notamment publié un article sur le sujet, que vous pouvez lire ici.

Reprenons ensemble les points essentiels de cet article : quels sont les couples qui divorcent le moins ? Autrement dit, quels facteurs font que le couple est plus solide et reste lié malgré les difficultés du mariage ? C’est ce que nous allons aborder au sein de cet article.

Tout d’abord il convient d’énoncer le fait que le majorité des demandes de divorces sont faites par les femmes, dans les 3/4 des cas. Ensuite, il semblerait qu’être marié et avoir des enfants en bas âge permettrait tout de même de garantir une certaine stabilité du couple, même si les idées en termes d’éducation peuvent être différentes et amener parfois à des conflits au sein du couple. Rentrons un peu plus dans le vif du sujet :

 

Les couples qui divorcent le moins : existe-t-il un danger de rupture plus grand avec le temps ?

A priori, il n’y a pas d’incidence claire et nette sur un divorce en fonction du temps passé avec l’autre, bien que certains facteurs se dégagent. Les couples se séparent aussi bien en début de mariage qu’après des années et des années de vie commune. Il faut savoir qu’aujourd’hui, 5 fois sur 6, les personnes qui étaient en couple avec un conjoint donné ont fini par divorcer ou se séparer, dans 1/6 des cas seulement il s’agit d’un décès du conjoint.

Toutefois, les données recueillies tendent quand même à montrer que les deux premières années de mariage les divorces sont plus rares et qu’après 25 ans d’années communes, les divorces se font aussi plus rares. Pour autant, on ne peut pas affirmer avec certitude que le couple sera plus solide entre telle et telle période de vie commune.

 

Parents d’enfants en bas âge : qu’en est-il ?

enfants et divorceIl apparaît dans cette étude que les parents mariés qui ont de jeunes enfants ont un risque de divorce plus faible que ceux ayant des enfants plus âgés ou n’ayant pas du tout d’enfants.

Ainsi, même le fait d’avoir adopté un enfant, dans le cas où le couple serait dans l’impossibilité de concevoir un enfant diminuerait le risque de divorce par rapport aux couples n’ayant pas d’enfants.

Concernant les chiffres, sachez par exemple qu’un homme qui a eu un enfant de moins de 3 ans possède un risque de rompre de 63 % moins important en une année qu’un homme sans enfant, même si cette différence diminue chez les femmes, avec seulement 44 % de risque en moins pour celles possédant un enfant en bas âge par rapport à celles qui n’en ont pas.

Attention toutefois, les données tendent aussi à montrer que les femmes dont leur dernier enfant est majeur se séparent plus facilement de leur conjoint que les femmes qui n’ont pas d’enfant. D’ailleurs, il n’est pas rare que les couples attendent que les enfants soient grands avant de se séparer afin de minimiser les conséquences de leur divorce. C’est généralement plus facile de divorcer lorsque les attaches qui sont sensées lier le couple ne sont plus présentes ou beaucoup moins présentes.

 

Et les études dans tout ça ?

Les données diffèrent ici du sexe de la personne, ce qui peut sembler assez étonnant. Ainsi, les hommes qui ont fait un nombre d’étude supérieur à la moyenne du nombre d’années d’études fait par les hommes en général, ont 7% de chance en plus de divorcer que les autres. Paradoxalement, les femmes qui ont fait plus d’études, elles, ont moins de chance de divorcer par la suite.

En résumé, si l’on est un homme et que l’on a fait beaucoup d’études on a plus de risque de divorcer que si l’on est une femme (pour les mêmes nombres d’années d’études), à croire que nos cerveaux ne fonctionnent pas de la même manière et qu’on n’enregistre pas les mêmes informations. Mais après tout, il paraît que les hommes viennent de mars et les femmes de vénus…

Pour aller un peu plus loin sur le sujet, il semblerait que pour les femmes comme pour les hommes, dans le cas où la mise en couple se soit fait après les études et non avant la fin des études, le risque de divorce soit moins élevé.

Enfin, lorsque les femmes se mettent avec leur conjoint avant d’avoir obtenu leur premier job, les risques de séparation sont aussi plus élevés que lorsqu’elles attendent d’avoir trouvé un travail. L’hypothèse principale serait que les femmes ont généralement plus de difficultés à trouver un travail que les hommes et la donnée « travail » peut bel et bien être une cause de divorce, comme vous pouvez le voir dans cet autre article.

 

Faut-il déjà cohabiter avant le mariage pour diminuer son risque de divorce ?

emménagementParmi les couples qui divorcent le moins, il apparaît que le fait d’avoir vécu ou non avec l’autre avant le mariage soit un point assez important. En effet, les séparations seraient plus grandes pour des couples qui se sont mariés sans avoir au préalable vécu ensemble.

Ceci dit, il vaut tout de même mieux commencer son histoire par un mariage sans pour autant avoir tester la cohabitation que de ne pas être marié. En effet, les hommes non mariés on 54% de risque en plus de se séparer de leur conjoint et les femmes 66% de risque en plus, par rapport aux individus qui se sont mariés sans avoir habité ensemble au préalable.

Qu’en est-il des couples qui se forment jeunes ?

Parmi les couples qui divorcent le moins on ne peut pas compter les couples qui se forment en étant jeunes. En effet, il semble y avoir une corrélation entre l’âge de la mise en couple et le risque de séparation. En outre, les couples qui se forment en étant assez jeunes se séparent plus facilement que les autres.

Ainsi, les femmes qui se marient avant 20 ans ont deux fois plus de chance de divorcer que les femmes qui attendent après 25 ans (bien que ce soit généralement l’homme qui fasse sa demande en mariage). Pour les hommes, c’est en dessous de 22 ans que le risque de se séparer de leurs femmes est deux fois plus important que les hommes qui se marient plus tard.

Or, la maturité va de paire avec l’âge. les couples plus matures ont donc de plus fortes chances de rester ensemble et de réussir à affronter les difficultés du mariage et de la mise en couple. Ce qui est assez paradoxal quand l’on considère que les chiffres du divorce ont augmentés alors que l’on se marie de plus en plus tard aujourd’hui, mais cela est donc probablement dû à d’autres facteurs.

 

Quitter ses parents pour se marier

C’est une donnée assez intéressante : il semblerait que les individus qui quittent le foyer familial pour se marier et vivre avec leur conjoint ont plus de chance de rester marier. Ainsi, parmi les couples qui divorcent le moins, ceux qui n’ont pas connue de vraie vie de célibat en habitant tout seul en font partie.

Cela s’expliquerait par le fait que ces personnes n’ont pas goûté à la vie en solo et soient habituées à vivre avec d’autres personnes depuis leur plus jeune âge. Ce qui pourrait aussi peut-être expliquer d’ailleurs que certains vivent plus mal que d’autres leur divorce.

Ainsi, les individus qui ont vécus seuls durant au moins deux ans après avoir quitté leur cocon familiale ont 2 à 3 fois plus de chance de divorcer qu’une personne qui s’est directement mariée et a entamé sa vie de couple sans connaître de période où elle a dû apprendre à vivre seule.

 

Et les femmes au foyer ?

Pour ce critère, on peut voir que parmi les couples qui divorcent le moins souvent, ceux dont les femmes ne travaillent pas et s’occupent de la maison divorcent moins que les autres. Ainsi, être à la maison serait un facteur de lien renforcé du couple.

En outre, les femmes qui n’ont pas travaillé une seule fois dans leur vie se séparent nettement moins que les autres de leur conjoint. Ainsi, elles ont 53 % de chance de moins divorcer que les autres pour une année donnée, ce qui n’est pas négligeable. De plus, celles qui ont arrêté de travailler durant une période d’au moins 2 ans (sans compter les femmes à la retraite) se séparent deux fois moins que les autres !

Ceci peut être relié avec le fait qu’elles se sentent redevables envers leur mari qui prend en charge les dépenses du foyer ou que c’est tout simplement une façon pour certaines de garantir le fait de rester en couple. Une femme qui travaille serait peut-être généralement nettement moins motivée et plus fatiguée (du moins nerveusement) qu’une femme au foyer.

Il faut savoir aussi que les femmes avec plus de responsabilité dans leur travail avec un statut de cadre divorcent plus facilement que les autres, ce qui est l’inverse pour les hommes (un homme cadre aura moins de chance de divorcer qu’un autre).

Les personnes qui exercent des professions ouvrières et dans l’agriculture ont eux moins de chances de se séparer que les autres, qu’il s’agisse des hommes ou des femmes.

D’ailleurs, en général, les personnes issues des milieux les plus favorisés ont une plus grande propension à divorcer que les autres.

 

Conclusion

En conclusion, si l’on doit retenir certaines clés pour faire partie des couples qui divorcent le moins, il faudrait :

– avoir vécu ensemble avant de se marier

– avoir quitté le milieu familial pour se mettre en couple

– ne pas se mettre en couple trop jeune (plus de 20 ans pour la femme et plus de 22 ans pour l’homme)

– avoir des enfants en bas âge (de moins de 3 ans)

– avoir fait plus d’études que la moyenne pour la femme et moins que la moyenne pour l’homme

– se mettre en couple après les études pour l’homme et après avoir trouvé un travail pour la femme

– ne pas travailler ou avoir connue une période de fin de travail pendant au moins 2 ans pour la femme (hors retraite)

– ne pas être issu d’un milieu trop favorisé

 

Cet article sur les couples qui divorcent le moins en vidéo :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *